11/11/2008

Interstices

Et si feindre le détachement ne suffisait plus ? À tout prix, elle tenta d’endiguer les cabotages erratiques de son esprit. Elle n’est pas dupe. Les yeux à eux seuls sont trop clairs, ne suffisent pas à cacher ses interstices. Les failles, les fissures trouvent toujours leur chemin jusqu’à l’autre.
Au fond, tout est là : tout n’est que croisements, assortiments de failles, de fissures, d’interstices. Le plein et le vide qui se côtoient.

Entrelacs de regards/ non-regards/clignements/détournements.
Préfigurations du vertige.

Aucun commentaire: