26/11/2008

La femme de la 87

Elle entre. Privée de la part valable d’elle-même, multipliant les actes de guerre camouflés. Dans ses délectements moroses, dans ses morcellements schizoïdes, elle pense à l’inorganique, à l’homéostase perdue. Elle est seule et béante comme un avaloir. Je détourne les yeux.

Aucun commentaire: