01/12/2008

Lundi

Le café est prêt. J’en laisse délibérément tomber quelques gouttes sur le rond du poêle. Odeur parfaite de matin brûlé. Rituel. Me réchauffer les doigts. Chaleur électrique, sèche. J’ai cru un temps que c’était la ville, que c’était tout le monde. Peu importe. Il reste le café fumant. Il y aura assez de mots. Ils émergent, en relief : espaces flottants, navicules (naviculae). Ils font mal à regarder. Tout est tellement là.

Aucun commentaire: