23/01/2009

Plaines de toi

Il m’arrive de croire que tu as été ce moment qui tremble, cette partition familière gorgée de mes retenues fragiles. Puis cette impression devient sentiment tenace, collection d’images de toi, possibilités en creux, trames panoramiques qui s’imposent, pleines de toi (plaines de toi). Comme toujours, ça s’estompe, ça se décompose un peu puis ça passe, comme le reste… L’imagination est une force sourde, tordue, incivilisée.

Aucun commentaire: