17/02/2009

Tubéreuses

Dans nos bouches, ce n’était déjà plus des mots mais des relents de tubéreuses, des bulbes improbables et résineux. C’était peut-être encore un peu de cette innocence terrible avec laquelle nous fatiguions les nuits en émoussant les heures fragiles de nos soudaines amplitudes. L’avenir au fond ne nous intéressait pas.

Aucun commentaire: