20/03/2009

Liaison conditionnelle

Je te dirais :
Dégante-moi
Dévore mes coursives de mots
Pyromanise-moi Incendies splendides et immérités de tes encres

Et je regarderais :
Ton thorax diamantaire
Tes structures perceptibles
Tes organes raides
convertibles

Et tes hanches mercurisées
Suivraient une faille
Ton corps-ciel
Ferait fléchir l’involontaire
de ma nuque

1 commentaire:

LeRoy K. May. a dit…

tu peux ben parler d'organique, espèce de poète du mercure en feu sous une pluie de diamants de plomb, l'après-midi.