08/04/2009

L'ascension des possibles

J’avais peut-être
La BOUCHE silence de plâtre humide
Les PIEDS glaises ascensionnelles
La POINTE des seins vers l’Arctique
Comme des boussoles de sucs polaires

Et sur mes HANCHES tes chiffons imbibés
Et au VENTRE tes écharpes rêches
Et mes YEUX exaltés de voûtes
Sous tes bivouacs éventrés


Et je présentais
Mes CHAIRS de fièvres filantes
Aux banquises de titane
Là où les corps expirent

Aucun commentaire: