02/04/2009

Les charmes impensés du naufrage

IL

Tel un massif de roc
Repoussant les frontières de la consolation
Entre les baies acrobatiques
Et les plaines d’incendies
Écartelé aux roues de l’éveil
Les solitudes infusées aux traits
Il s’aère d’ailleurs

Elle

Incante une peau de falaises,
balbutie le lointain
tremble l’écran de textes
Et s’échoue aux plages des salives
Grande cale humide
Au pied d’un massif de roc

Rencontre impensée
Sous une grande orée de fer

3 commentaires:

É. a dit…

Stie, des fois, tu fesses dans mit.

Meta a dit…

:)

LeRoy K. May. a dit…

j'aurais pas pu mieux dire! stie, éma, tu fesses dans mit. la peau du gant de catcher s'étiole sous la vélocité de tes plombs.

c'est la satchel paige de la poésie, tenez-vous-le pour dit!