01/04/2009

Saccades d'avril

L’aube marche plus vite
Dans les boues haletantes
D’avril
Je pense aux landes baroques
Qui brûlent
À l’intérieur

.....................

Avril pointe
Sous ma gorge évidente
Dans la géométrie du souffle
Avec l’élégance d’une pureté
Qui s’écarte
Nos Clavicules tacites
Se perdent
À tâtons
Dans la fumée
Des signaux qui brûlent

1 commentaire:

É. a dit…

Le printemps exige un certain courage.