16/06/2009

Éclaté

Mon éclaté tu m’irrigues aux lombaires
T'infiltres aux tempes atrophiées
Et trames ton avancée aux caillot des cimes
Un plomb aux ventricules
Tu lèches mes nervures panchromatiques
Mon éclaté tu contiens
Des espaces rageurs et des guêpières de sucre et des froids–résille et des Beretta de nylon
Et fuselé des cris pointus de ma carlingue tu m’éclates encore

5 commentaires:

lhiverakhartoum a dit…

Deux spasmes d'un coup!

Meta a dit…

haha !merci !

tchendoh a dit…

You're being spammed Meta, la folle qui parle de Sarkozy, j'ai 2-3 messages identiques par semaine. C'est relou.

tchendoh a dit…

Ah et ton texte est génial ;)

LeRoy K. May a dit…

... et pan-pan, Jack esquive la balle qui aurait perforé sa conscience liquide...