08/06/2009

Femme absente

Méta : Suffixe. Du grec μετά. Auto-référence. Le fait d'aller au-delà, à côté de, entre ou avec. En science : Niveau d’abstraction supérieur.

Aux nuits indistinctes, une femme absente cours et trébuche et cours encore. Dissoute à la lisière des connivences, elle peint en secret des moments nus. Elle cours et elle pense à la fissure des signes et elle voit le temps qui s’écoule et se durcit contre son regard. Le souffle bridé, gorgé de retenues, elle ralentit parfois et marche encore. Elle n’est nulle part et pourtant, et pourtant elle se sent être au milieu, sculptée, traversée d’ombres, d’interstices, de courbes dont elle fait collection. Et aux nuits de plénitude elle reprend sa course indécente et quitte les terrains accidentés et emprunte des ponts aériens. On dit que quelque part, au bout d’une route perdue, une femme absente trace d’étranges signes sur le canevas indécent de la peau des passants.

3 commentaires:

LeRoy K. May a dit…

t'as changé tes lectures? l'abstraction semble avoir fait place au rythme.

si tu arrives à l'abstraction rythmée, je syncoperai.

Meta a dit…

Perspicace, comme toujours ! En fait, j'ai changé de musique et... de décor !

Geneviève a dit…

Wow.