27/08/2009

Équilibristes

Puisqu’il a fallu en venir
Aux confusions
Aux inclinements
Aux criées rauques

Tu m’éconduiras de mots sauvages
Et mes parois densifiées
Dilatées aux sèves de tempes
Dévieront la course des corps

Nous nous rencontrerons sur mon équateur
Équilibristes
Sur le fil ténu
Des déviances borgnes