18/11/2009

La couleur de l'habitable

Et je te rêverai en voûtes d’ossature
Et te devinerai derrière la pellicule vitrée des façades d’éther
Et tu riras du temps dilaté à parcourir tes distances d’échine
De mes intentions sanglées de nerfs
De mes îles ébréchées au parvis des réflexes

L’espace se glissera un peu mieux entre mes coursives
Tu seras tout près
Jaune sera la couleur de l’habitable