01/11/2009

Porte-à-faux


L’angoisse parle

Ses gorges stalactites

Dissipent

Mes audaces macérées


Et pourtant

Je me hisse a toi

À tes flores étranges

Ton image liquide

Recompose la lumière

En lanternes vénitiennes


Loin des leurres ascendants

Et des symbioses usées

Une Femme transparente habite ton ventre

Saurais-tu être

Le sanctuaire

De mes fleurs d’instincts ?

2 commentaires:

É. a dit…

Pfff. Y en a qui ont de la chance.

É. a dit…

Toute la chance est pour moi !