23/10/2009

Triptyque baltique





Le ventre en poudrières
Comme une envie de choir dans ses ressacs
De me nouer à ses glaises


La belle endormie

Et sous un ciel blanc de lait
Quelques passants avides
Tentent d'habiter de leurs lèvres
Les coupoles insolentes
D'une belle endormie

08/10/2009

(Quelque chose comme une parenthèse)

Une usure oblique, un ennui goûteux, l'empreinte fossile des lèvres aux feintes givrées des corps. Et toi tu exhibes la morsure qui t'habite et nos finitudes compossibles se déplient et nos déraillements épongés de dentelle de sucs .../Et toi tu détailles nos nausées amères: que-deviendrons-nous-quand-les-grands-rires-d'Azométhine-iront-choir-dans-les-boues-illimitables des-hasards-verts ?Les mots sont minutés, déportés aux moutures évidentes, ficelés de pluies confortables, démembrés aux combustions d'écorce, relégués aux jeux improbables de tes silences allusifs.

02/10/2009

Les vies d'Eve Attar

Un peu de nouveau là-bas