24/01/2010

Silence radio

Un silence immédiat, un silence de béances et de griffes et de grêles sans corps, un silence de peaux étymologiques, un silence de filtres aphones, un silence de lieux sourds, un silence scopique et implacable, un silence de dômes adhésifs, un silence d’horloges penchées, un silence de fièvres léchées, un silence de faïences photoconductrices, un silence de gelées musquées, un silence de boues d’halètement et de glaises d’urines, un silence de sèves sarcophages et de glaires infiltrées, un silence de nerfs de moelle et de rides sanguines, un silence de ventre minéral, un silence de dents de lait et de ciels de fuites, un silence de regards rétractables, un silence d’écrous poreux, un silence de langues fauchées et d’orbites étanches et de convulsions dorsales, un silence de débris mérovingiens, un silence d’altitudes attractives et d’attouchements d’écailles, un silence de vallées épisodiques, un silence démontable, un silence de mamelles flasques, un silence de sédiments creux, un silence qui pulse et qui bat aux tempes, un silence de squale, un silence de fruit d’iode, un silence de squat d’hécatombe, Un silence radio.

3 commentaires:

É. a dit…

Crisse que ça fesse dans mit.

Bourbon a dit…

Puissance radio! Quelle fréquence!

Meta a dit…

Merci !