30/11/2010

Exactement plus bas

Et parfois, loin en bas de toi tu marches, tu marches Onze étages plus bas, exactement. Et parfois, en bas, plus bas que toi, des passants de papiers. Des passants aux plis agoniques marchent leur marche de passants, préfigurent le pouls d’une ville qui bat en creux. Et parfois, en bas, au fond de toi, il te semble que tout circule, entre tes plis agoniques, que tout s’ordonne exactement. Onze étages plus bas, Onze étages au centre de toi il te semble, il te semble que ça t’absorbe et t’aspire. En face, l’immeuble n’a pas bougé, il est encore exactement plus bas, Onze étages au fond de toi.

1 commentaire:

fbon a dit…

me retrouve bien dans ce texte, même si, évidemment, me sens au moins 14 étages plus bas et pas 11 !