14/03/2010

Brèves souffrantes

Ma tête ce continent
usé
au ressac des codéines
.............
Monsieur
Je prendrais
Un nuage de lait
Pour éteindre
Ma plaie
...............
Blancs et rouges
Cotons léchés
Aux bouches
D'élancements
..................
................
.................

05/03/2010

Des crépuscules acides


des crépuscules acides surgit une écume de cidre     une marée d'ardeurs égarées 
des crépuscules acides surgit une épiphanie de feu qui transperce encore une fois les édifices     une dernière fois avant le crépuscule suivant     et l'autre 
combien de crépuscules peuvent se démultiplier et se suivre     sans perdre leur beauté chlorhydrique     sans perdre l'ardeur d’un au revoir 
à la limite des grattes-ciel des crépuscules acides j'en ai vu     sur la terrasse derrière la maison de Suzanne une myriade de crépuscules chaque fois plus cinglants à mesure que l’heure du départ approchait      chaque fois plus criants     algues enflammées sur la cime du pommier mort     sur la paroi des maisons s'étirant se déchirant les ombres des crépuscules 
l'acide des pommes se mêlait à la rouille céleste et je pressentais la fin d'une époque     mille fois cette époque revue depuis la terrasse     le pommier et les crépuscules acides dans des instants de silence si denses si ténus     on sent les battements de cils d'un papillon le scintillement des sens au seuil de l'ivresse quand le lendemain c'est le départ imminent la fin des crépuscules comme c'est pas croyable     à cette heure là replié sur soi-même dans l'attente d'une réponse qui ne viendra pas     on le sent bien     c'est trop tard     les mots sont acides et la nuit saigne le ciel

02/03/2010

Ruelles-fleuves (variations)

Loin des pulsations de tiges
Et du revers vertical
Des crépuscules acides

Deux corps de pulpe
Arpentent les flancs
D’une ruelle-fleuve

.....................

Loin des gares hermétiques
Et de la raideur fauve
Des nerfs arides

Deux audaces de fibres
S’assemblent
En deçà des artifices

.....................