21/09/2011

Tromper les lieux



Il n’y a plus de passage. Il n’y a plus. Seulement le sol tassé d’aiguilles et des creusements et des coulées et des plissements et de grandes masses confondues et des densités blanches et des emmêlements et des coursives et des zones sèches et des envahissements et des tôles froissées. Il n’y a plus de passage. Mes yeux effacent.
Il nous faudra tromper les lieux

2 commentaires:

É. a dit…

Je crois qu'en reculant un tantinet tout en observant bien sur les côtés (et dessus et dessous), y a toujours moyen de contourner.

manouche a dit…

En tout cas ce n'est pas un lieu commun!