14/04/2016

Derrière nos façades



Nous serons bientôt seuls derrière nos clôtures frost, nous serons protégés des regards derrière nos façades et nos treillis stylisés, nos vignes sauvages et nos plantes grimpantes. Nous serons à l’abri du monde derrière nos haies de cèdre et nos clôtures en composite. Nous serons protégés des yeux inquisiteurs derrière nos plantations denses. Nous serons enfin seuls, reclus derrière nos grillages et nos murets et nous respirerons enfin, encerclés par nos hordes de graminées.

Notre paysagement sera infiniment protecteur, notre paysagement sera intime ou ne sera pas. Bientôt, nous exulterons de bonheur et savourerons notre intimité bien méritée derrière nos paravents en bois traité, nous contemplerons nos glycines et élaborerons patiemment de vastes murs végétalisés. Nous soupirerons d’aise devant notre lierre de Boston, nos hydrangées grimpantes, nos physocarpes, devant nos lilas, nos aubépines, nos amélanchiers, nos cerisiers et nos haricots d’Espagne. Bientôt, nous serons heureux, et nous rêverons de dômes inviolables et de murs antibruit, et nous serons si formidablement invisibles dissimulés derrière nos haies de thuyas occidentalis et derrière nos hydrangées grimpantes que rien ne résistera plus à notre bonheur. Bientôt, nous aurons de l’ombre et de l’intimité et les clématites et les chèvrefeuilles formeront notre dernier refuge. 

Bientôt, nous serons seuls et la nuit derrière nos façades nous rêverons de clôtures en acier émaillé, de barrières en aluminium, de grilles en fer forgé, de murets de brique, d'auvents démesurés et de palissades ornées de jardinières. Bientôt, nous nous barricaderons derrières nos façades, reclus dans nos jardins de rêve, cernés de PVC. Bientôt, nous ferons le plein d'intimité, nous serons remplis d'intimité, nous serons gorgés d'intimité loin des autres et de leurs regards inquisiteurs. Bientôt nous cadastrerons notre intimité, bientôt notre intimité sera entière, inviolable, galvanisée.

Bientôt, nous serons heureux, isolés derrière nos murs de briques et de pierres, bientôt nous serons seuls et remplis d'intimité derrière nos haies de cèdre et nos façades de PVC. Bientôt, nous serons ensevelis sous nos paysagements rassurants. Barricadés derrière nos clôtures frost, nous disparaîtrons enfin du regard et de la mémoire du monde.

1 commentaire:

Edouard.k a dit…

Revenu vous lire par hasard. Celui-ci fait décidément bien les choses